Les Nyctimènes Tube-nosed bats, les chauve-souris à face de tube



Ces étranges chauve-souris à narine en forme de tubes qui leur donnent un look à la Yoda, font partie des quelques 200 espèces de nyctimènes récemment découvertes grâce à une série de deux expéditions menées en Papouasie Nouvelle-Guinée (2009). Mais contrairement à leur illustre descendant adepte de la force, ces chauve-souris ont perdu tout esquisse de perception extra-sensorielle : elle ne peuvent plus utiliser l'écholocation si précieuse aux autres familles de chauve-souris.

Sans possibilité de repérer d'éventuelles proies vivantes à distance et facilement, dans le ciel nocturne, ces chauve-souris sont donc devenues des végétariennes mangeuses de fruits (en fait, il est possible que le régime alimentaire ait changé avant l'évolution de leur larynx, qui aurait entraîné la perte des capacités d'écholocalisation - le vol est l'écholocalisation demandant beaucoup de ressources). Bien sûr et en compensation, les chauve-souris fruitières ont développé un excellent sens olfactif, et les gros yeux caractéristiques du maître de la force, qui leur permettent de voir plus facilement au crépuscule, et dans les grottes où elles se nichent.

Comme leur nom l'indique (Tube-nosed Fruit bats), elles se nourrissent essentiellement de fruits et du nectar des fleurs, ce qui en fait, fondamentalement, les cousins mammifères des guêpes et frelons que l'on connait. Et bien, excepté qu'elles peuvent atteindre plusieurs dizaines de centimètres, et qu'elles posent donc certains problèmes aux arboriculteurs. Néanmoins, les espèces recensées parmi lesquelles ont trouve Nyctymene albiventer sont endémiques de la Papouasie, et ne sont pour la plupart, pas largement distribuées.

Cela dit, un des chercheurs de l'expédition avait ramenés un groupe de ces chauve-souris fruitières pour les montrer à sa femme, qui adorent ce genre d'animal. Ce qu'il n'avait pas prévu, c'est que les chauve-souris se sont reproduites à une vitesse ahurissante, qu'elles se sont fait la malle, et qu'elles commencent désormais à susciter la crainte des autorités des environs de Dallas, en grignotant la nuit, les oreilles des habitants. Il est dit qu'une fois qu'elles ont mordu, elles ne relâchent plus leur emprise jusqu'à ce qu'un bout de l'oreille de parte. Non, non, bien sûr, ceci est une légende urbaine, rassurez-vous, ce n'est pas encore aujourd'hui que des chauves-souris fruitières envahisseuses vont nous becter les oreilles en apéritif nocturne.